Bilkiss Chopra

Akhni

dimanche, 23 octobre 2016 00:00

Akhni 

(pilaf au lait de coco et légumes)

On l’appelait akhni autrefois mais aujourd’hui on le connaît mieux sous l’appelation de pulao. Notre cuisinier avait l’art de le préparer. Dans la famille, ni ma mère ni aucune de ses filles n’avons réussi à faire comme lui. Il avait la main. Il en faisait tous les dimanches pour mes cousins qui partaient à la plage. La tradition à Tamatave, c’était en effet de passer son dimanche à la plage de Foulpointe, une des seules où on avait le droit de se baigner. 

 

Il accompagnait son akhni  d’un khourdi, dont je vous donnerai la recette prochainement. On peut mettre cette soupe sur le riz pour l’humecter ou la boire en même temps à petites gorgées. Ajoutez un petit rougail à côté et le bonheur est complet.

 

A défaut de khourdi, vous pouvez déguster du lassi nature bien poivré et parfumé au cumin.

Crème à l’avocat

dimanche, 25 septembre 2016 00:00

Crème à l’avocat

L’hiver approche à grand pas. En été, les salades avaient la vedette mais à présent, il nous faudra des mets un peu plus consistants.

Je vous propose donc cette recette de dessert que certains d’entre vous doivent sûrement connaître. Il a fait son apparition dans les années 60-70 mais il est indémodable.

A l’époque, les clubs étaient très à la mode dans notre communauté. Il y en avait un en particulier qui s’appelait le Lehri Club, qui réunissait une vingtaine d’hommes dont mon père.

Ils se réunissaient chaque dimanche, jouaient aux cartes, discutaient. Chaque membre offrait le repas à son tour.

C’est à l’occasion d’une de ces réunions qu’une cousine de ma mère avait introduit ce dessert. 

Mon père l’avait adoré. Il en avait encore l’eau à la bouche en rentrant à la maison et ne tarissait pas d’éloges.

Ma mère, piquée au vif, l’a alors préparé à sa façon et, évidemment, comme elle avait ce don de l’instinct en cuisine, ce fut encore meilleur. 

Depuis la crème à l’avocat n’a plus quitté nos tables. Je vous en livre une version un peu revisitée avec les ingrédients d’aujourd’hui.

Sablés au yaourt

dimanche, 14 août 2016 00:00

Sablés au yaourt 

(Daiwara)

 

 

Le sablé au yaourt est très ancien. 

 

De génération en génération, la recette se suit. Chaque famille a sa manière de le préparer mais on se la partage volontiers… à l’exception d’une famille qui faisait les meilleurs sablés du monde et qui n’a jamais voulu partager leur art, malgré toutes les sollicitations ! D’ailleurs si les membres se reconnaissent, qu’ils sachent que je suis toujours preneuse !!!

 

En Inde, on en trouve souvent sur les étalages. Ils ne sont pas tout à fait comme ceux-là mais ils sont également excellents.

 

L’avantage de cette recette, c’est que tout le monde l’adore en général, petits comme grands. Ils ont leur place lors d’un buffet de mariage ou d’un goûter entre amis. 

  

Lorsqu’on les sert chez nous, la première bouchée est toujours silencieuse. Ensuite les questions fusent sur la façon de les préparer, les différences entre les recettes. Cet échange d’astuces devient un sujet de conversation pendant un bon moment. 

 

 

Croques à l'indienne

jeudi, 28 juillet 2016 00:00

Croques à l’indienne

 

En été, il fait tellement chaud qu’on n’a pas forcément envie de manger ou de cuisiner des plats compliqués. Le soir, on se contente souvent du vite-fait et cette recette de croques est parfaite pour cela.

Pour une fois, je n’ai aucune anecdote à vous raconter car il ne s’agit pas d’une recette de nos parents. A l’époque, ils ne connaissaient pas trop les sandwiches. 

C’est en fait une recette de chef que j’ai récupérée dans un magazine et adaptée ensuite à la mode indienne… et en fonction de ce qui se trouve à ce moment dans mon placard ou dans mon réfrigérateur ! Elle plait aux petits comme aux grands et se révèle parfaite à emporter pour les pique-nique, même s’ils sont meilleurs lorsqu’ils sont encore tout chauds

 

Sirkhoumo

dimanche, 03 juillet 2016 00:00

Sirkhoumo

(lait aux dattes et aux vermicelles)

Le sirkhoumo est lié à l’une de nos traditions du Ramadan.  Le jour de l’Aïd, après la prière du matin, il symbolise la fin du jeûne. La coutume veut que , pour l'Aïd, nous mangions de la vermicelle (sev) sous toutes ses formes (préparée avec du lait ou du beurre. Mais hélas, tout cela a disparu, sauf la coutume du sirkhoumo qui perdure de génération en génération. 

 

A la mosquée, il se prépare dès la veille au soir, dans de grandes marmites, pour au moins 500 personnes. Il faut plusieurs heures de cuisson à feu doux. 

 

Rien que le fait de prononcer le nom de cette boisson festive, les yeux brillent, les papilles se dilatent. C’est dire à quel point ce moment est attendu avec impatience ! 

 

Après tout, c’est la récompense de tout un mois de privations. Il y a bien sûr aussi un peu de nostalgie car le Ramadan était un mois de convivialité et de partage. Toute la communauté se réunissait, on retrouvait les amis que l'on voyait rarement autrement. On dit que Dieu est notre hôte pendant ce mois. 

Celui qu’on prépare à la maison est meilleur que celui de la Mosquée… qui est souvent raté ! mais qu’importe, nous préférons tout de même ce dernier parce qu’on le déguste dans notre lieu saint et avec nos amis et proches. 

L'Aid se célébrait alors avec faste. On se rendait les uns chez les autres pour se saluer, manger ensemble. On s'échangeait des vœux. Les enfants recevaient tous une petite enveloppe et on marquait notre respect à nos aînés en allant leur faire salaam (une forme de baise-main).

 

La tradition veut que l’on offre ce breuvage à tous ceux qui viennent présenter leurs vœux pour les remercier. Je vous souhaite donc une joyeuse fête de l'Aïd.

 

Samoussas à la viande hachée

dimanche, 05 juin 2016 00:00

Samoussas à la viande hachée

On fait des samoussas avec la même pâte mais avec toutes sortes de farces : légumes, poulet, crevette, poisson, dahl, pommes de terre… 

Certains en font même des versions sucrées. A vous de choisir !

Mais, pour moi, celle à la viande hachée est inégalable. 

Celle au poulet est très bonne aussi. Je vous donnerai la recette une prochaine fois. 

Aujourd’hui, je vous livre une de mes plus grandes spécialités.

 

 

 

Pâte à samossas

lundi, 23 mai 2016 00:00

La vraie pâte à samoussa

 

 

Aujourd’hui, on trouve beaucoup de recettes de samoussas, qui utilisent souvent une pâte déjà prête. Mais si vous voulez goûter les vrais samoussas originels, ceux qu’on ne trouve plus que dans l’Océan indien aujourd’hui, je vous conseille cette pâte. Elle est réputée difficile, mais si vous suivez bien les étapes que je vous indique, vous devriez vous en sortir sans problème. 

 

 

 

 

 

  

Biryani de poulet

lundi, 11 avril 2016 00:00

Biryani de poulet

Le Biryani est un plat national de la cuisine indienne. On le prépare pour célébrer un événement, un mariage ou, plus simplement, pour de grands repas familiaux ou des invités spéciaux que l’on veut honorer. 

Il existe toutes sortes de biryanis, à base de légumes, de viande, de crevettes, de poisson, de poulet. L’unique, le vrai est celui que l’on prépare avec la viande de mouton et qui contient des couches de riz, de lentilles, de viande… Chacun a sa méthode pour le préparer même si les ingrédients sont souvent les mêmes. Celui que je vous vous propose aujourd’hui est à base de poulet.

Quand on parle de biryani, j’avoue une certaine nostalgie d’un goût que je n’ai jamais retrouvé nulle part : celui du plat préparé dans la ville de mon enfance, Tamatave, par d’excellentes personnes qui cuisinaient bénévolement pour les repas de la communauté. Celui, également, que faisait notre cuisinier, Michel, chez mes parents, incomparable. Il avait la main, comme on dit. Personne n’a jamais réussi à le préparer comme lui. Et cela fait plus de 60 ans que j’essaie ! 

Koubo

dimanche, 20 mars 2016 00:00

Koubo

(soupe à la farine de riz)

C’est une recette toute simple, facile à préparer, qui vient de Madagascar. Mais les Indiens de là bas l’ont vite adoptée. Ainsi, dans notre famille, le koubo était de tous les repas de rupture de jeûne. Le rituel était simple : Le jour se couchant vers 18h, nous prenions du thé, puis du koubo, une karass (une entrée salée de type kabab, katless…) et des rotlis. Ensuite, vers 20h nous dinions. Ici, à Paris, ce n’est pas la même chose mais le koubo et les karass constituent souvent notre repas du soir en hiver. Il faut dire qu’avec quelques gouttes de citron dessus, c’est un des repas les plus reconstituants que je connaisse. Et cette soupe plaît à tous, enfants comme adultes.

Rotla

dimanche, 21 février 2016 00:00

Rotlas

Galettes à la farine de riz ou de millet

 

 

Les rotlas sont des galettes tendres, qui remplacent le pain ou les chapatis avec certains curries. Très faciles à faire, ils ne nécessitent pas beaucoup de temps. On peut les faire avec une seule farine ou mélanger plusieurs farines*. Très nourrissante, la version noire (farine de millet) n’est pas toujours appréciée des enfants mais elle est très bonne pour le système digestif. La version blanche (farine de riz), elle, est beaucoup plus consensuelle. Les enfants la préfèrent. Alors blanc ou noir ? Chez nous, les avis sont partagés. Du coup je suis toujours obligée de préparer les deux en même temps.

Qui suis-je ?

Open