Dal Chawal

mardi, 03 décembre 2019 15:03 Écrit par

Dal Chawal

(riz aux lentilles indiennes cassées)

 

Bonjour, aujourd’hui je viens vers vous avec une recette traditionnelle, vieille comme  Mathusalem. C’est le dal chawal, un mélange de riz et de toor dal (ce sont des lentilles indiennes). 

Le dal chawal est un mets traditionnellement servi pour célébrer des événements heureux familiaux et commémoratifs.

Il est familial car on le prépare pour les repas de naissance, baptêmes, communions, fiançailles, mariages et commémoratif pour certaines dates marquantes du calendrier comme la naissance du prophète, l’aïd ou la bonne année.

La recette change au fil des temps. Pour ma génération, celles de nos mères, grand-mères, arrières-arrières grand-mères, c’était tout simplement la cuisson du dal et du riz séparément.

Puis on les mélangeait ou on mettait le dal en couronne sur le riz, avec un bol de ghee (beurre clarifiéà) niché dans le creux, au mileu. On s’en servait à notre guise, bien arrosé de ghee.

Mais aujourd’hui, on trouve tellement d’épices que le dal chawal s’embellit de jour en jour. La présentation compte aussi beaucoup. On peut parsemer le plat d’oignons frits ou de noix de cajou ou d’amandes effilées et grillées à sec…

La recette que je vous présente est un peu élaborée. Je l’ai copiée dans un magazine culinaire indien. L’ayant préparée et, satisfaite du résultat, je tiens à la partager avec vous. Je vous livre ensuite la version simplifiée.

Achard de mangues

samedi, 04 mai 2019 00:00 Écrit par

Achard de mangues

 

 

En été, on a tendance à abuser des achards et autres chutneys pour avoir un peu d'appétit. On en trouve de toutes les sortes dans les magasins asiatiques. Certains chutneys, comme ceux aux mangues ou au tamarin peuvent même entrer dans des préparations culinaires. Ceux faits maison sont favorisés mais ceux du commerce les égalent parfois.

L'achard que je vous présente est fait maison mais on trouve le même sur tous les étals et en duty free à Madagascar, surtout à Nosy-Bé ou aux Comores. Il tient une place particulière dans nos cœurs. On peut le savourer avec les fameuses maskits de Madagascar (brochettes de zébu ou bœuf), les samossas, les kababs. Tous les prétextes sont bons pour en consommer.

En France, il est difficile, voire impossible, de le trouver. Ma sœur, qui habite à Mayotte m'en envoie souvent quand un de ses proches vient en France. Nous le savourons avec joie, comme de l'or en barre. C'est un délice mais nous en manquons rapidement. J 'ai donc essayé de le préparer moi-même. Le résultat est assez proche du modèle original.

Je ne l'ai pas mis en bouteille comme le font les Comoriens (car l'achard de mangues est une invention comorienne) mais dans des pots. Et le mien a autant de succès que le leur.

Par grosse chaleur, il fait merveille en accompagnement. Essayez la recette et dites-moi ce que vous en pensez.

 

Lasanya pooris

dimanche, 10 février 2019 00:00 Écrit par

Lasanya pooris

(galettes aux pommes de terre et à l’ail)

Les pooris sont des galettes fines et croustillantes et un accompagnement quotidien en Inde, du petit-déjeuner au dîner, en passant par le goûter.

Il en existe de multiples recettes. On en voit d’ailleurs souvent sur Facebook ou dans des magazines indiens.

 

On peut les faire salées, avec toutes sortes d’ingrédients et épices, ou sucrées avec du jaggery (ghor ou mélasse de sucre).

 

On peut aussi les préférer, comme moi, natures. Les pooris natures avec des desserts comme le kheer ou le finni, c’est divinement bon !

 

Les salées se font avec des pommes de terre, des épinards, du fromage, des dhals ou simplement des oignons verts. Les inventions salées sont nombreuses.

Elles peuvent être dégustées avec le thé au goûter, avec des légumes orientaux ou toutes sortes de chutneys.

 

Dans mon enfance, il n’existait que des pooris natures, on ne connaissait pas toutes ces nouveautés car il n’y avait ni Facebook, ni magazines.

Et de toute façon, même s’il y en avait, personne ne s’adonnait vraiment à la lecture !  On faisait des échanges entres voisins.

Nous, les jeunes, nous réunissions en groupe pour des pique-nique où chacune apportait ce qu’elle avait préparé ? Nous les dégustions ensuite toutes ensemble, nous jouions aux cartes…, c’était le bon vieux temps.

 

Il y avait des occasions quasi-religieuses où l’on préparait des pooris nature : la première — je vous en ai parlé dans une recette au début du blog— sert à appeler la richesse. L’autre se déroule le dernier mercredi du deuxième mois du calendrier indien : ce jour-là, on fait toutes sortes de fritures, salées, sucrées. La raison ? Chasser les querelles de la maison et faire la chasse au diable. Quand l’huile crépite, on dit que c’est le diable qui s’en va.

 

Aujourd’hui, on n’a plus le temps de s’adonner aux fritures et l’huile est devenue tabou. Autrefois, on en consommait sans même connaître l’hypertension ou le cholestérol !

 

La recette que je vous donne aujourd‘hui est une recette salée que j’ai vue dans un magazine et testée pour vous.

Chutney de dattes et tomates

samedi, 30 juin 2018 00:00 Écrit par

Chutney de dattes et tomates

A Madagascar, quand nous étions enfants, il n’y avait pas de dattes. Ceux qui partaient en voyage au Proche ou Moyen-Orient ou au Maghreb nous en ramenaient.

Quelques commerçants en importaient mais cela ressemblait plus à de grosses mottes. Nous les savourions pourtant avec délice car c’était, pour nous à l’époque, aussi précieux que du caviar. 

Ici, en France, nous avons la chance d’avoir toutes sortes de dattes, de Californie, du Maghreb, d’Iran, des dattes Medjlloul du Maroc, des dattes en vrac, en branches ou présentées dans de jolis coffrets… C’est un plaisir.

Il me restait justement quelques dattes d’Iran, alors j’ai voulu tester une recette de chutney que j’avais lue dans un magazine indien. Je ne me rappelai plus avec exactitude des ingrédients alors j’ai laissé mon imagination libre et le résultat a été plutôt savoureux. Il faut dire que j’adore les chutney ou achards sucrés comme on les appelle chez nous. Il y a une recette avec des tomates, que ma mère réalisait autrefois et qui était un pur régal. Malheureusement, à l’époque, je n’ai pas eu l’idée de lui demander sa recette. Je le regrette beaucoup aujourd’hui. C’est un peu ce qui m’a donné l’idée de ce blog.

En attendant, je vous livre cette recette de chutney de dattes et tomates qui a été très appréciée. Pour les épices, vous pouvez fort bien en utiliser d’autres si vous voulez. Laissez libre-cours à votre créativité. Chacun est maître à ses fourneaux…

Couscouma

dimanche, 13 mai 2018 00:00 Écrit par

Couscouma 

(Galettes feuilletées comoriennes)

Avec le Ramadan qui approche à grands pas, nous sommes tous à la recherche de bonnes recettes pour tenir tout le mois.

Personnellement, je peux me passer de beaucoup de choses mais j’apprécie par-dessus tout les rotlis et autres galettes pour la rupture du jeûne. 

La recette que je vous propose aujourd’hui est d’origine comorienne. J’en ai entendu parler il y a quelques temps et j’ai trouvé que cela ressemblait beaucoup aux parathas indiens.

Les couscouma sont cependant plus légers et faciles à réaliser. 

La génération de ma mère, et même la mienne, ne connaissait pas les parathas. On ne préparait que des rotlis. Les parathas sont plus une spécialité du Punjab, il me semble. Mais, les gens voyageant de plus en plus, ils font découvrir leur cuisine les uns aux autres. 

J’aime beaucoup les parathas et tous les pains qui ont des feuilletages mais la préparation me paraissait longue et fastidieuse, surtout le feuilletage.

Peu de femmes chez nous les réussissaient, ce qui fait qu’ils n’ont jamais trouvé leur place dans nos menus. 

Essayez cette recette, vous me donnerez ensuite votre avis. En attendant, bon ramadan à toutes et à tous.

Laasan ni kichri

samedi, 25 novembre 2017 00:00 Écrit par

Laasan ni kichri

(riz à à l’ail vert)

Le kichri, chez nous, c’est comme les chapattis ou la baguette, un mets que nous consommons quotidiennement. C’est un plat presque aussi vieux que Mathusalem.

Le kichri, c'est pas  2/3 de riz et 1/3 de mung dhal mélangés et cuits comme un riz nature auquel on  peut ajouter toutes sortes de garnitures qui le réhaussent.

Pour cette fois-ci je vous propose la version avec l’ail vert, que l’on trouve souvent dans les épiceries asiatiques.

Dans ma ville natale, Tamatave, personne, même ma mère ne connaissait l’ail vert. C’est mon mari, originaire de Morondava qui me l’a fait connaître et m’a montré comment le préparer.

Un jour, je l’ai préparé pour le club d’amis auquel appartenait mon père. Ces amis l’apprécièrent beaucoup.  Du coup, je l’ai refait ici, à Paris, pour un repas à l'occasion d'une cérémonie religieuse.

Ce n’est pas un plat que l’on propose habituellement dans ce genre de repas.

Les invités ont été très agréablement surpris. A tel point que, le lendemain, la femme de notre prêtre, qui n’avait pu venir, m’avait appelée pour me demander ce que j’avais bien pu préparer à son mari pour qu’il en parle autant !

Sachez qu’en hiver, consommer de l’ail vert est bénéfique pour la santé et permet d’affronter les grands froids.

A votre tour, essayez de le faire selon les explications ci-dessous et vous me direz dans vos commentaires si vous avez aimé.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/19/d531369376/htdocs/clickandbuilds/Joomla/MyCMS/templates/youfact/html/com_k2/default/category.php on line 262
Page 1 sur 3

Qui suis-je ?

Open