Évaluer cet élément
(18 Votes)

Moong Dhal Badjas

Dans certains pays, ils sont appelés « Badjas », dans d’autres « fallafels » ou « bonbons piments ». Il y a de nombreuses variations de ces beignets à base de légumes secs. Je vous avais déjà donné la recette des beignets à la farine de pois chiches. Les Bonbons piments peuvent être confectionnés avec des centaines de graines. Les pois du Cap, par exemple. On peut aussi faire des mélanges.

La recette que je vous livre aujourd’hui est faite avec des graines appelées « moong dhal » avec ou sans peau (ceux avec la peau font de meilleurs badjas). On peut les mélanger avec des « urad dhal ».  Ces dernières ont la réputation d’être très nourrissantes.

J’adore les badjas au moong dhal. C’est un peu long à préparer mais c’est délicieux. Petite, j’avais l’habitude d’en cacher dans des endroits souvent improbables de la maison pour les déguster tranquillement ensuite en lisant un bon roman dans un endroit secret du balcon.  Ma mère ne se rendait compte de rien ou, peut-être, le prétendait-elle.

Quand j’étais enceinte, elle me ramenait un paquet de badjas tout chauds qu’elle achetait dans un salon de thé.  J’engloutissais tout le paquet sans même penser à en offrir aux autres ! Les amies de maman connaissaient aussi ma passion. L’une d’elles m’en envoyait chaque mercredi (il paraît que faire de la friture les mercredi apporte la paix dans la maison). 

 

Ingrédients pour 25 badjas

  • 500 g de moong dhal (avec la peau verte)
  • 4 à 5 échalotes épluchées et émincées finement
  • 3 tomates pelées et concassées
  • 1 càc de curcuma
  • 1 càc de piment rouge en poudre
  • 1 càc de garam massala
  • 3 petites tranches de pain de mie trempées dans de l’eau et essorées
  • 2 jaunes d’œufs
  • De la coriandre effeuillée et hachée finement
  • Oignons verts hachés finement
  • 1 càc de bicarbonate de soude ou de levure chimique
  • Piments verts (à volonté) coupés finement
  • De l’huile pour la friture

 

La veille, faites tremper les dhal dans une grande quantité d’eau. Le lendemain, frottez-les avec les deux mains. La peau se retire au fur et à mesure. Laissez reposer.

Filtrez ensuite l’eau à travers un tamis et la peau retirée qui se trouve à la surface s’en va avec l’eau.

Rajoutez de l’eau, laissez reposer.

 

Frottez ensuite avec les deux mains et rejetez l’eau à travers un tamis ainsi que la peau qui se trouve à la surface.

Faites-le doucement pour que le dhal reste dans la casserole et que seule la peau parte avec l’eau. Répétez l’opération jusqu’à ce que le dhal soit propre et qu’il ne reste plus de peau ou presque.

Jetez la peau à la poubelle.

 

Laissez ensuite égoutter le dhal pour qu’il ne reste plus du tout d’eau.

 

Ensuite, passez au mixeur pour en faire une pâte fine (il ne faut pas que le dhal soit réduit en poudre cependant).

 

A Madagascar, l’électroménager n’était pas aussi répandu qu’aujourd’hui, alors on utilisait un mortier en bois et un long pilon.

 

 

On mixait les graines par à coups. On pouvait aussi utiliser un mortier en pierre très lourd qui broyait les graines. Comme on en trouvait peu à Madagascar, mes parents l’avaient fait venir d’Inde.

 

Mélangez ensuite tous les ingrédients à la pâte. Salez et versez un filet d’huile par-dessus. 

 

Faites chauffer l’huile de friture. Rémélangez la pâte.

Déposez ensuite sur vos doigts une cuillérée de pâte et, en vous aidant du pouce, formez un rond que vous glisserez dans la friture.

Tournez et retournez-les jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés.

 

Servez avec des chutneys et des quartiers de citron.

 

A noter : Si vous mélangez de l’urad dhal, voici les proportions : ¾ de moong dhal et ¼ d’urad dhal. La pâte ne doit pas être liquide. Si, par malheur, elle l’est, ajoutez alors un peu de farine de pois chiches ou de blé.

On peut aussi ajouter des feuilles de fenugrec hachées menues. Le goût se mariera très bien aux badjas.

Dernière modification le samedi, 13 janvier 2018 10:46 Écrit par 

Laissez un commentaire

Qui suis-je ?

Open