Nankhatai

samedi, 12 janvier 2019 00:00 Écrit par

Nankhatai 

(biscuits indiens à la cardamome)

En Inde, les nankhatai, sont connues depuis des générations. C’est une très ancienne recette indienne mais chaque communauté a sa propre version.

 

A Madagascar, les nankhatai étaient la spécialité des Saify, boulangers de père en fils.

A Tamatave, d’où je suis native, ils les préparaient sur commande pour des cérémonies religieuses ou funéraires (chez nous, il est de coûtume d’offrir une sucrerie aux personnes présentes aux funérailles, afin qu’elles fassent une petite prière pour le mort dessus).

Personne, jusqu’à présent n’a réussi à les faire comme eux. Elles étaient odorantes, succulentes, bien gonflées, ni trop dures ni trop molles.

 

Pour l’instant, je n’ai trouvé aucune recette , ni sur Internet ni dans les magazines, qui leur arrive à la cheville. 

 

Quand ils avaient de grosses commandes, ils en faisaient un peu plus et les mettaient en vente au magasin. Elles s’arrachaient alors littéralement.

Même des familles qui habitaient dans d’autres villes nous en réclamaient. Ma mère en envoyait souvent par poste.

 

La recette que je vous livre aujourd’hui est celle d’une amie décédée il y a peu. Il y a quelques temps, lors d’un rite funéraire, elle m’avait remis un petit sachet de nankhatai.

Je n’avais pas eu le temps de les goûter car mon petit neveu les avait toutes dévorées tellement il avait aimé. Il y a peu, sa sœur jumelle nous en a offert de nouveau pour le rite funéraire de cette amie. Elles sont très bonnes. 

 

Personnellement, je n’en ai jamais fait mais ma fille, qui aime pâtisser, a suivi la recette. Elle est très facile à suivre et leurs nankhataï se rapprochent de celles des Saify même si le souvenir de ces dernières n’a pas d’égal.

Soukri

dimanche, 07 octobre 2018 00:00 Écrit par

Soukri 

(carré de blé au jaggery)

Aujourd’hui, je viens vers vous avec une toute nouvelle recette que je viens de découvrir. Elle s’appelle soukri. La connaissez-vous ?

 

 

Les anciens, en tout cas, ne la connaissaient pas. Ma mère n’en a jamais fait à mon souvenir.

 

 

Il y a toutes sortes de recettes à base de ghor (jaggery) mais, celle-ci, je n’en avais jamais entendu parler. J’en ai donc préparé une petite quantité pour en connaître la saveur. Le goût est agréable et la texture très fine.

La préparation est rapide et nécessite peu d’ingrédients. Il n’y a rien à dire sinon des compliments. La recette est si simple qu’un enfant peut la préparer. Et pour celles qui ne supportent pas toujours le sount, elle constitue une bonne alternative.

Sablés au yaourt

dimanche, 14 août 2016 00:00 Écrit par

Sablés au yaourt 

(Daiwara)

 

 

Le sablé au yaourt est très ancien. 

 

De génération en génération, la recette se suit. Chaque famille a sa manière de le préparer mais on se la partage volontiers… à l’exception d’une famille qui faisait les meilleurs sablés du monde et qui n’a jamais voulu partager leur art, malgré toutes les sollicitations ! D’ailleurs si les membres se reconnaissent, qu’ils sachent que je suis toujours preneuse !!!

 

En Inde, on en trouve souvent sur les étalages. Ils ne sont pas tout à fait comme ceux-là mais ils sont également excellents.

 

L’avantage de cette recette, c’est que tout le monde l’adore en général, petits comme grands. Ils ont leur place lors d’un buffet de mariage ou d’un goûter entre amis. 

  

Lorsqu’on les sert chez nous, la première bouchée est toujours silencieuse. Ensuite les questions fusent sur la façon de les préparer, les différences entre les recettes. Cet échange d’astuces devient un sujet de conversation pendant un bon moment. 

 

 

Kachoris

dimanche, 27 décembre 2015 00:00 Écrit par

Kachoris

Je ne sais pas faire les kachoris. C’est une spécialité hindoue délicieuse pourtant. Ma petite-nièce, elle, en raffole, et me demande souvent de les faire. Je ne pouvais malheureusement lui faire plaisir. Les recettes que je voyais dans les livres de cuisine semblaient toujours longues à préparer.

Heureusement, mon amie Djamila m’a donné sa propre recette. Elle m’a paru simple et j’ai décidé de me lancer, en ajoutant quelques petits éléments à la farce. Pour une première, ce fut plutôt réussi et je la remercie. Les invités ont apprécié, les enfants aussi. Du coup, je les refais souvent. Pour un goûter dinatoire, c’est l’idéal. Il m’en restait quelques unes, que j’ai congelées et repassées un autre jour dans un bain de fritures. Elles étaient encore meilleures. 

South

dimanche, 08 novembre 2015 00:00 Écrit par

South 

(petits gâteaux au gingembre et à l’anis)

Autrefois, les femmes qui venaient d’accoucher mangeaient du south pendant au moins 40 jours. Je me souviens que ma mère en préparait tous les matins pour le petit-déjeuner et j’attendais ce moment avec impatience ! Il faut dire que les calories, à cette époque, on ne connaissait pas. On savait juste que le south permettait de reprendre des forces et faisait monter le lait plus facilement. 

Aujourd’hui, les jeunes font attention à leur ligne. Elles ont aussi d’autres méthodes pour faire monter le lait. Personnellement, passé 80 printemps, le poids n’est plus un souci. Je dévore le south avec un plaisir d’autant plus assumé que ses épices ont des vertus réchauffantes en hiver ! A bon entendeur…

Badias

jeudi, 26 mars 2015 00:00 Écrit par

Badias

( beignets à la farine de pois chiches)

A notre époque et à celle de nos parents, les badias s’appelaient « foulamras ». Ils étaient présents à chaque repas de noces, comme actuellement la pièce montée. C’était la coutume: il n’y avait pas un seul mariage sans faloodo au lait et foulamras au repas du nilkah (la cérémonie religieuse de mariage). Et les invités se les arrachaient !

Aujourd’hui, modernisation oblige, les badias des noces ont cédé la place aux petits fours, aux mini-quiches et autres amuse-gueules. 

Sakar Pera

jeudi, 05 février 2015 00:00 Écrit par

Sakar peras

(sablés salés)

Les sakar peras sont indissociables, pour moi, du thé de l’après-midi. On en faisait souvent à Madagascar quand on allait pique-niquer à la plage ou qu’on se réunissait pour jouer aux cartes ou au dadoo. Aux Comores, il semble qu’on les appelle fafra et en Inde, nimki.  Ils sont vendus dans les petites échoppes qui bordent les rues. Tentez-les, ils sont très faciles à faire.

 

Goulgoulas

samedi, 06 septembre 2014 00:00 Écrit par

Goulgoulas (beignets sucrés)

A madagascar, lorsqu’on prenait le train pour aller d’Antsirabé vers Tana ou Tamatave, on trouvait toujours des marchands de goulgoulas, servis avec du café. Et cela sentait bon ! De même, lors de nos pique-niques du dimanche, ces petits beignets étaient incontournables au moment du thé. C’est un peu notre madeleine de Proust bien à nous.

Qui suis-je ?

Open