Payas

samedi, 30 mars 2019 00:00 Écrit par

Payas

(Curry de pieds de veau et langue)

 

Nous avons déjà parlé de tripes, et je crois que le kaledji bokhas avait été apprécié. Aujourd’hui je vous donne la recette des payas, qui appartient aussi à la famille des tripes.

Les payas sont connus de tous les Orientaux. A Madagascar et en Inde, c’est un plat qui est particulièrement apprécié. Il arrive même qu’on le serve au petit-déjeuner avec des rotlas, encore aujourd’hui dans certaines maisons.

C’est une coutume qui remonte au fait qu’autrefois, le travail manuel était important et on commençait souvent dès l’aube. Il fallait donc une nourriture consistante pour tenir la journée.

 

Une fois que vous aurez goûté, je suis sûre que vous adopterez aussi ce plat qui ne nécessite ni beaucoup d’ingrédients ni une longue préparation. 

 

Notre cuisinier excellait dans cette recette. Je ne sais pas si tout le monde avait la même façon de les préparer mais, chez nous, on ajoutait la langue et quelques cuillérées de corn flakes ou flocons d’avoine pour épaissir la sauce.

Il ne lésinait pas sur les ingrédients mais, surtout, il avait un don. On dit qu’on peut suivre une recette à la lettre mais le doigté compte aussi. Laissez votre imagination et votre instinct vous porter en cuisine.

 

Normalement, ce plat se fait avec des pieds et langues de bœuf. A Madagascar, nous utilisions la viande de zébu, les pieds et langue sont plus petits et savoureux que ceux du bœuf, tel qu’on le connait ici.

En Europe, avec tous les produits utilisés pour engraisser la bête, ces parties sont pratiquement inutilisables. La langue de bœuf est énorme. Nous la remplaçons donc par du veau. La langue de veau est un peu plus élastique et les pieds un peu plus petits que ceux du bœuf. 

Ce n’est tout de même pas pareil que le zébu. L’avantage c’est, qu’ici les bouchers les vendent sur commande, apprêtés et coupés en morceaux réguliers. Certains peuvent même vous préparer la langue. Nous n’avons plus qu’à les laver, ce qui facilite le travail car le plus dur dans ce plat, c’est de nettoyer la langue et de découper les pieds.

 

Vous pouvez être rebutés par la masse graisseuse qui entoure les pieds. Sachez cependant qu’elle est moelleuse et succulente si elle est bien cuite.

On n’en mange pas souvent mais, de temps en temps, un peu de graisse est nécessaire pour la solidité des os !

Nos anciens avaient d’ailleurs coutume de boire la sauce pour cette raison. Je ne l’ai jamais fait mais, si le cœur vous en dit, vous pouvez essayer.

 

Voici donc la recette de ce plat que nous adorons tous et que vous aussi adopterez certainement.

Sauté de poulet aux noix de cajou, courgettes et curcuma*

 

Les beaux jours commencent à pointer leur nez. Il fera chaud et nous aurons de moins en moins d’appétit. L’hiver est fait pour une nourriture riche, de la viande avec toutes les sauces imaginables pour nous donner de l’énergie. 

 

Mais au printemps et en été, il nous faut un menu léger, qui ne nous mette pas en sueur et n’alourdisse pas nos estomacs. Et en même temps, il faut un soupçon d’épices, de produits exotiques, de sauces légères pour nous mettre en appétit. 

 

Dans mon enfance, les sauces n’existaient pas. Comme épices, on ne connaissait que le garam massala, le curcuma ou le piment rouge. Et on ne faisait pas vraiment la différence entre plats légers ou lourds. Il n’y avait qu’une seule et unique méthode de cuisson : bain d’huile, beaucoup d’oignons, de l’ail, des tomates et les épices existantes !

 

La recette que je vous donne est tirée d’un livre. Elle est délicieuse et a été approuvée par toute la famille.

 

Elle me paraît idéale pour manger léger mais avec goût. On peut la déguster avec du riz, des rotlas ou des rotlis, ou encore avec différentes sortes de pains faits maison. 

 

Elle est très facile à réaliser.

Haleem

samedi, 08 décembre 2018 00:00 Écrit par

Haleem

(soupe de blé)

Le haleem, comme la chorba ou le harira, est une soupe orientale qui constitue un repas complet. Bien qu’étant cousines, leur préparation varie un peu  mais ces soupes reconstituantes sont très prisées en hiver.

 

Le haleem est plus connu en Inde et à l’Ile Maurice. Les Mauriciens l’ont également introduit sur la Côte Est de Madagascar.

Toutes les communautés indiennes en font. Bien entendu, chacune a sa méthode. Il y en a qui le préfèrent épais, d’autres plus liquide. Mais le nom reste le même. Je vous présenterai d’ailleurs bientôt une version mauricienne.

 

Qui n’aimerait pas le haleem ? C’est le nirvana. En y goûtant, vous ne vous en lasserez pas.

C’est un des plats les plus anciens de la cuisine indienne. Notre cuisinier savait le préparer comme personne. Il avait naturellement sa place à notre table, durant le mois de ramadan, presque tous les deux ou trois jours. 

Après son décès, ma mère a dû se résoudre à le préparer elle-même. Elle qui venait d’une famille aisée, ne l’avait jamais fait auparavant. Les débuts furent assez difficiles mais, finalement, elle la réussit aussi bien.

 

La recette que je vous livre aujourd’hui est la sienne. Elle est, à mon goût beaucoup plus simple et légère que les autres car elle utilise peu d’ingrédients. Je suis sûre qu’elle vous plaira. A vous de voir si vous la voulez plus épaisse ou plus liquide.

Ratatouille indienne express

dimanche, 04 novembre 2018 00:00 Écrit par

Ringna bateeta*

Ratatouille indienne express

 

La ratatouille est un plat universel. Il existe des milliers de recettes. Au-delà du sud de la France, Les Italiens, les Espagnols et surtout les Indiens en sont les principaux amateurs. Chaque pays a sa propre version, qui se différencie par les épices ou les légumes employés.

  

Les Indiens, en majorité végétariens, en font un plat quasi-quotidien. Elle figure aussi aux repas de funérailles. Je me souviens que, quand il y avait un décès, chacun envoyait des rotlis et le ringna bateta, comme on l’appelle chez nous. C’ était une tradition. Mais avec notre vie actuelle, elle a tendance à se perdre.

  

Au quotidien, les ringna bateeta font merveille avec le kichri, les rotlas ou les rotlis.

 

 

Ma recette est toute simple. C’est vraiment une recette express avec très peu d’ingrédients, qu’on peut personnaliser à l’envi avec des légumes (des poivrons, une courgette ou des rondelles de carottes) ou des épices (paprika, etc.)

Mon petit neveu n’aime pas la ratatouille de sa maman mais apprécie ma recette express. J’espère que ce sera le cas aussi pour vous.

Kaledji Bokha

samedi, 25 août 2018 00:00 Écrit par

Kaledji Bokha

(curry de rognons et foie)

 

Est-ce que vous aimez les tripes ?

Comme les enfants, vous faites la moue à l’idée d’en manger ?

Pourtant il faut bien avouer qu’ils s’arrachent dans les repas de cérémonies où on les sert. 

 

Chez nous, la coutume veut qu’on serve un curry sec avec des douceurs en entrée.

Et le khaledji bhoka fait partie des curries les plus servis.

S’il y a un curry de khaledji (foie) bhoka (rognons), c’est faire honneur aux invités. Les yeux brillent, chacun est à la recherche du bokha en laissant le khaledji de côté 

 

On le prépare souvent pour les repas célébrant une naissance.

Le 7e, 14e ou 21 jour suivant la naissance d’un bébé, on tue un mouton et on rase les cheveux du nouveau-né.

La cérémonie, qui s’appelle akiko, est suivie d’un repas durant lequel on sert la viande du mouton. Le khaledji bhoka y tient une place d’honneur

 

Le truc avec les rognons c’est qu’il faut savoir bien les préparer, les laver avec soin dans une eau vinaigrée et les laisser tremper. 

 

A Madagascar, on utilisait le rognon de bœuf – il se prête plus au curry – mais ici, avec les produits chimiques, la vue même du rognon de bœuf nous rebute. Il est immense, dégoûtant… Impossible de mettre ça dans sa bouche.

 

 

On se sert donc du rognon de veau ou de mouton, plus petit et joliment coloré. La recette pour le préparer est toute simple, je vous la donne ci-dessous. 

Au quotidien, ce curry accompagne parfaitement le kichri (un riz au dhal)

Gratin d’aubergines

samedi, 21 avril 2018 00:00 Écrit par

Gratin d'aubergines à l'indienne

Les aubergines ne sont pas du goût de tout le monde, surtout des enfants. Pourtant, elles ont beaucoup de bienfaits pour la santé.

Selon l’art de les préparer, des recettes variées, fantaisistes, ils finissent par s’en accommoder et prennent même plaisir à les déguster. Evidemment la ratatouille ou le curry d’aubergines et pommes de terre, même les grandes personnes commencent à s’en lasser. Mais il y a plusieurs autres façons de les cuisiner : en papillotes, en gratin, en beignets, farcies, en caviar, etc. Il suffit de faire parler son imagination.

Les recettes élaborées, fantaisistes, n’existaient pas autrefois. On connaissait juste la ratatouille, le caviar et le curry classique. Pas étonnant qu’on fasse la fine bouche et qu’on finisse par détester ce produit. Mais aujourd’hui il existe tant de produits (crème fraîche, fromage, épices…) que les aubergines ont trouvé leur place de choix.

Ma mère avait un don pour les accommoder de façon variée, en suivant son instinct. Elle pouvait préparer des tempuras s en quelques minutes en jouant avec les ingrédients du placard et on se léchait tous les babines. Elle préparait aussi des aubergines farcies à la viande. A peine posé sur la table, le plat se vidait en un clin d’œil.
aujourd’hui, je vous propose une recette de gratin à base d’aubergine qui a beaucoup de succès auprès des enfants. Mes neveux qui refusaient de toucher à tout ce qui ressemblait à une aubergine, ont plébiscité le plat. C’est une bonne manière de leur faire manger des légumes variés.

Si voulez faire une belle présentation, vous pouvez monter ce gratin en pièce montée en vous aidant d'un cercle ou d'un moule amovible.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/19/d531369376/htdocs/clickandbuilds/Joomla/MyCMS/templates/youfact/html/com_k2/default/category.php on line 262
Page 1 sur 4

Qui suis-je ?

Open